The Woman King

Son règne va commencer.

20222 h 15 min
Résumé

Au XIXème siècle, les Amazones du Dahomey mènent une lutte acharnée contre les colons français, sous les ordres de la générale Nanisca et de sa fille Nawi.

Métadonnées
Titre The Woman King
Titre original The Woman King
Réalisateur Gina Prince-Bythewood
Durée 2 h 15 min
Date de sortie 15 septembre 2022
Pays  Canada États-Unis
Budget $50 000 000
Recettes $76 000 000
Site officiel
Détails
Média
Statut Disponible
Note Excellent
Images
Aucune image importée pour ce film.
Acteurs
Avec : Viola Davis, Thuso Mbedu, Lashana Lynch, John Boyega, Sheila Atim, Jordan Bolger, Hero Fiennes Tiffin, Jayme Lawson, Adrienne Warren, Angélique Kidjo, Masali Baduza, Jimmy Odukoya, Thando Dlomo, Tuks Tad Lungu, Makgotso M, Chioma Antoinette Umeala, Shaina West, Wanda Banda, Lethabo

Avis CinéSam (film vu le : 01/11/2022)

Ce qui m’a poussé à aller voir ce film sont principalement les échos des prestations impeccables des actrices, et en effet pour le coup c’est bien le cas, elles sont remarquables. Les acteurs quant à eux sont un peu en retrait mais livrent aussi un jeu correct.

L’histoire est celle d’un peuple africain au XIXème siècle, dans le royaume du Dahomey (l’actuel Bénin). La bande-annonce m’avait à moitié convaincu, je pensais qu’il y aurait davantage de scènes de combat, et finalement le dosage est juste. Dans ce peuple, les Agojie sont des guerrières qui protègent les habitants du royaume ennemi, le scénario se concentre sur les Agojie et par ce prisme raconte la vie du Dahomey à cette époque.

La réalisation soignée est d’une metteuse en scène que je connaissais pas, ​Gina Prince-Bythewood​, et qui n’en est pourtant pas à son premier long-métrage ;  elle a aussi réalisé des épisodes de séries et émissions TV, ainsi que des courts-métrages.

L’histoire, d’une durée de plus de 2 heures est bien rythmée, il n’y a pas de longueurs ni de temps morts, et les petits moments d’humour parsemés entre les scènes plus dramatiques ou émotionnelles forment une œuvre pour le moins agréable à regarder.

Il n’y a aucune scène de nudité, dans un grand respect de la femme ; pourtant dans les documentaires d’époque on voit assez souvent des peuples africains peu vêtus, voire nus. Ce n’est pas le cas ici, et cela se justifie par les thématiques traitées : celle de l’esclavage bien sûr, mais aussi de l’égalité homme-femme, de sa place dans la société, de son destin, etc.

Une toute petite chose m’a légèrement fait tiquer, sans me déranger toutefois : le Dahomey est supposé être une colonie française (d’ailleurs on entend des fragments de français dans le film en VO, et aussi de langue fon, parlée par les dahoméens, de portugais aussi par des colons brésiliens), et pourtant tous les dialogues principaux sont en anglais. L’ensemble est très réaliste et j’eus pensé que l’équipe du film aurait été jusqu’à placer tous les dialogues dans les langues natives des personnages lorsque cela se justifie ; c’eut été un travail colossal, et j’imagine que l’anglais a été conservé par facilité de compréhension pour le spectateur, et pour avoir une portée plus internationale.

En tout cas je ne peux que recommander ce long-métrage s’il vous intéresse.

Autre avis

Aucun autre avis actuellement. Voulez-vous soumettre le vôtre ? Cliquez-ici !

Critiques en ligne

Bande-annonce et lien Plex

Fiche du film sur les sites grand public



 

Laisser un commentaire

Connexion avec JustAuthMe

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.