The Zero Theorem

afficheDate de sortie : 25 juin 2014

Réalisé par : Terry Gilliam

Synopsis : Londres, dans un avenir proche. Les avancées technologiques ont placé le monde sous la surveillance d’une autorité invisible et toute-puissante : Management. Qohen Leth, génie de l’informatique, vit en reclus dans une chapelle abandonnée où il attend désespérément l’appel téléphonique qui lui apportera les réponses à toutes les questions qu’il se pose. Management le fait travailler sur un projet secret visant à décrypter le but de l’Existence – ou son absence de finalité – une bonne fois pour toutes. La solitude de Qohen est interrompue par les visites des émissaires de Management : Bob, le fils prodige de Management et Bainsley, une jeune femme mystérieuse qui tente de le séduire. Malgré toute sa science, ce n’est que lorsqu’il aura éprouvé la force du sentiment amoureux et du désir que Qohen pourra enfin comprendre le sens de la vie…

 

Avis : Après Brazil (qu’il me reste encore à voir) et l’Armée des Douze Singes, mais aussi Las Vegas Parano, Les Frères Grimm ou encore l’Imaginarium du Dr Parnassus, Terry Gilliam frappe à nouveau fort dans la science-fiction avec The Zero Theorem. Les acteurs sont remarquables et bien que le budget du film ne soit pas énorme, les décors et les costumes sont réussis pour nous plonger dans un Londres futuriste.
Au niveau de l’histoire, on peut y voir un peu de tout : recherche du sens de la vie, recherche de l’amour, recherche du bonheur… plusieurs thèmes sont abordés comme presque toujours en S-F.
Sans être un grand chef d’œuvre, la réalisation est tout à fait correcte et si comme moi vous appréciez beaucoup l’univers de Gilliam, je ne peux que vous recommander ce film, uniquement sorti en DVD (en Belgique).

Cotation : 7/10 – Bon film.

Avez-vous vu, apprécié ou détesté ce film ? Commentez et partagez !

allocine imdb_logo

 

 

 

 

 

Bande annonce :

2 commentaires à The Zero Theorem

  • Hernando Rebolledo

    Le film « The Zero Theorem » me semble une représentation de notre monde actuel, ou en tout cas, de quelques aspects:
    – la présence partout de la publicité qui banalise tout et qui donne un faux sens de sécurité;
    – le pouvoir qui contrôle tout au travers des écrans omniprésents (même la vie intime, comme le programme psy). Et pourtant , il reste toujours la possibilité d’échapper, même dans des conditions de marginalité (la fille qui met tout ce qu’elle a dans une voiture et qui abandonne sa place dans le système…ou l’employé qui est viré…);
    – la personne qui attend inutilement l’appel qui lui dira le sens de sa vie;
    – l’acceptation résolue du vide (finale? ou un nouveau point de départ?…);
    – l’imagination en tant que ressource de liberté.
    En montrant de cette façon la condition humaine, sous l’apparence des mondes fictifs, la film se situe dans la meilleure tradition de la science-fiction.

    réponse
  • Samuel

    Merci Hernando pour ce commentaire intelligent !

    réponse

Laisser un commentaire