Le Retour de Mary Poppins

Titre original : Mary Poppins Returns

– Date de sortie : 19 décembre 2018

– Réalisé par : Rob Marshall

Synopsis : Michael Banks travaille à la banque où son père était employé, et il vit toujours au 17 allée des Cerisiers avec ses trois enfants, Annabel, Georgie et John, et leur gouvernante Ellen. Comme sa mère avant elle, Jane Banks se bat pour les droits des ouvriers et apporte son aide à la famille de Michael. Lorsque la famille subit une perte tragique, Mary Poppins réapparaît magiquement dans la vie de la famille. Avec l’aide de Jack, l’allumeur de réverbères toujours optimiste, Mary va tout faire pour que la joie et l’émerveillement reviennent dans leur existence… Elle leur fera aussi découvrir de tout nouveaux personnages pleins de fantaisie, dont sa cousine, l’excentrique Topsy.

– Avis : Après Mary Poppins (R. Stevenson, 1964), l’original de Disney d’après les romans de P.L. Travers, puis Dans l’ombre de Mary (Saving Mr Banks de J.L. Hancock, 2014) qui en montrait les coulisses, voici Le Retour de Mary Poppins, ou Mary Poppins Returns, la suite, quoi !

J’avais des étoiles dans les yeux et quelques frissons…c’est une bonne « suite » pour moi.

La magie est au rendez-vous comme dans son prédécesseur, on trouve aussi de nombreux clins d’œil au premier film ; bien qu’il ne soit pas indispensable d’avoir vu la réalisation précédente pour comprendre l’histoire, certains détails ou anecdotes seront plus facilement saisis avec les références du premier opus.

C’est un Disney comme Disney sait les faire : émouvant, éblouissant, familial, magique… c’est aussi une comédie musicale par moments, il y a des chants certes et un côté Broadway, mais ça va, ils ne sont pas trop longs ni trop niais.

Un nouveau « supermot » vient remplacer le « supercalifragilisticexpialidocious » original : il s’agit de « luminomagifantastique » (en anglais ils n’ont pas repris le concept, c’est « trip a little light fantastic », qui sonne bien aussi mais n’est plus un mot spécifiquement inventé, je trouve cela curieux…).

Les enfants sont attachants et jouent bien, le petit Georgie (Joel Dawson) en tête, ainsi que Anabel (Pixie Davies, vue dans la série d’anticipation « Humans » sur la chaîne AMC). Emily Blunt s’en tire bien en gouvernante magique, j’ai trouvé le personnage juste un tout petit peu trop prétentieux, davantage que celui incarné par Dame Julie Andrews. Comme elle le dit elle-même dans les deux films : « à peu de choses près, parfaite en tous points » ! Le casting réserve aussi des bonnes surprises pour quelques courtes scènes (Dick Van Dyke, Angela Lansbury, Meryl Streep)…

La musique est dans le même genre qu’en 1964, pourtant ce sont toutes des nouvelles compositions, très entraînantes pour la plupart, on garde l’air en tête en sortant de la salle. Les décors sont parfaits et les costumes tirés à quatre épingles, le spectateur est replongé 80 ans en arrière.

Un message d’espoir est décelable derrière l’histoire, comme dans pratiquement tous les Disney. Les adultes verront le côté fable moderne, même si l’histoire se déroule durant la Grande Dépression (entre deux guerres), tandis que les enfants verront la magie…

En bref, Le Retour de Mary Poppins est une bonne idée de sortie ciné en famille durant les fêtes de fin d’année.

– Cotation : 9/10 – Vraiment très bon film, à recommander.

allocine imdb_logochroniquesvalentin

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.